Margueritte Seybold


Lors de leur traversée des Etats-Unis en novembre 2010, les membres de l’association «  Les Francs-Tireurs Lorrains » de Metz ont eu le privilège de rencontrer une ancienne interprète de l’armée américaine d’origine française.
Margueritte Petit est née le 16 juin 1928 à Algrange (Moselle). Elle passe son enfance à Nilvange. Dès son plus jeune âge, elle apprend le français et l’allemand. Au collège, pendant l’annexion de la Moselle (1940-1944), elle va étudier l’Anglais.
Début septembre 1944, la ville de Nilvange est libérée par la 90th Infantry Division. Le 10 octobre, Margueritte rencontre Gotthilf Seybold, qui deviendra son mari. Il sert comme Master Sergeant au sein de la 358e Service Compagny de la 90 th.
En janvier 1945, Gotthilf est soigné pour une pneumonie dans un hôpital au Luxembourg et Margueritte s’engage à l’âge de 17 ans  comme interprète.  A cette époque, elle est la seconde plus jeune traductrice dans l’US Army. Elle sert dans le 398 MP Bataillon, Compagny D à Mourmelon-le-Grand. Son rôle consiste à interroger des prisonniers de guerre, anciens sympathisants nazis et de s’occuper du rapatriement des déportés civils et militaires. Parfois, elle est conduite en Allemagne pour transcrire des informations. A partir de fin 1945, elle est transférée à Châlons-sur-Marne, où elle continuera à exercer son rôle de traductrice jusqu’ à l’automne 1946.
En 1948, Gotthilf revient en France et épouse Margueritte le 22 décembre de la même année. De leur union naîtront 3 enfants. Le 31 mars 1949, Margueritte Seybold quitte définitivement la France pour les Etats-Unis. Gotthilf décédera en 1975. Aujourd’hui  Margueritte vit paisiblement entourée de ses proches dans un petit village du Kansas à quelques miles du Nebraska.

tante
jeep
got
 
Display Num